Le HYPP

La paralysie périodique hyperkaliémique (HYPP) est une maladie héréditaire du muscle causé par un défaut génétique. Elle a été décrite depuis 1985, dans certaines lignées de chevaux Quarter Horse, de Paints horse et même chez l'Appaloosa. Rapidement les chercheurs ont constaté que les animaux atteints étaient tous issus d'un même étalon et que la transmission héréditaire de la maladie s'effectuait selon le mode autosomale dominant (exemple : lignée "IMPRESSIVE").

Cette pathologie ressemble fortement à une maladie héréditaire connue chez l'homme: la maladie de Gamstorp (parfois aussi appelée improprement « syndrome de la Tourette ») .

Les progrès de la génétique ont permis de comprendre la base moléculaire de cette affection. L'HYPP est due à une mutation dans le gène codant qui contrôlent la contraction des fibres musculaires. Ce qui a pour conséquence un accroissement de la perméabilité de la membrane de la cellule musculaire au sodium et fait le muscle trop excitables et se contractent involontairement.

Paralysie périodique hyperkaliémique (HYPP)

 

Symptômes :

L'HYPP se manifeste sous forme de collapsus, sorte d'épisodes de faiblesse musculaire d'une durée de 15 à 60 minutes parfois beaucoup plus. Ceux ci sont observés pour la première fois, en général, avant l'age de 4 ans (variation de 1 mois à 4 ans).

Pour certains chevaux les crises seraient plus fréquentes chez les mâles que chez les femelles. Ces crises sont totalement imprévisibles, et peuvent être fréquentes ou rares, graves ou subcliniques. Elles s'observent souvent au cours d'un repos faisant suite à une effort, ou lors de périodes de stress (transport, chirurgie, poulinage...). La gravité des symptômes, dans certains cas, aurait tendance à diminuer avec l'âge.

Un changement alimentaire, en particulier une ration riche en potassium (Hyperkaliémie : quantité excessive de potassium dans le sang), comme la luzerne, la mélasse, peut également déclencher une crise HYPP.

Les crises débutent par des crispation musculaire, allant jusqu'à causé des spasmes des muscles faciaux provoquant ainsi une sorte de grimace. Des tremblements musculaires (secousses) apparaissent tout d'abord au niveau des flancs, des épaules, de l'encolure, puis se généralisent à l'ensemble des muscles. Les attaques peuvent également être accompagnée par des bruits de respiration bruyante résultant de la paralysie des muscles des voies aériennes supérieures. Parfois, la mort subite peut survenir après une attaque sévère de paralysie, vraisemblablement d'une insuffisance cardiaque ou une paralysie des muscles respiratoires.

Pendant les crises, les chevaux ne semblent pas souffrir, ils restent conscients et attentifs en restant debout, alors que lors de crises plus sérieuses, il s'affaisse progressivement. La flaccidité musculaire a alors remplacé la myotonicité. Des contractions, simultanées ou désordonnées, de groupes musculaires sont observées. Le tonus musculaire est alors normal ou légèrement augmenté. Les réflexes tendineux sont diminués. De la sueur apparaît. Une légère augmentation des rythmes cardiaque et respiratoire est notée. La température rectale demeure normale.

Ces crises d'HYPP peuvent prendre des formes très variables d'un animal à l'autre et être confondues avec d'autres pathologies comme la rhabdomyolyse d'effort, de la fourbure, une crise cardiaque, de l'apoplexie, du tétanos, une occlusion œsophagienne ou trachéale ou un désordre neurologique.

 

Mode de transmission :

L'HYPP est transmis par un gène dominant. Une seule copie du gène est donc responsable de la maladie.

→ La présence d'un seul allèle défectueux est suffisante pour que la maladie s'exprime.

Les chevaux avec deux copies du gène (homozygotes) paraissent être plus sévèrement affectés. Malheureusement, un cheval portant le gène défectueux, mais montrant des signes minimes de la maladie a les mêmes chances de transmettre le gène aux générations futures, que le cheval atteint présentant des signes sévères.

 

Prévention et contrôle des Attaques HYPP: 

La prise en charge nutritionnelle est extrêmement importante (éviter les aliments forts en potassium).

- Faire régulièrement de l'exercice et / ou laisser le cheval en pâture.

* Plusieurs médicaments ont été utilisés pour la prévention des crises HYPP.

- l'acétazolamide.

- ou hydrochlorothiazide.

ATTENTION : Ces "traitement" exercent leurs effets avec un succès apparent, mais ne sont en aucun des traitements curatifs capable d'éradiquer la maladie. Les chevaux avec HYPP sont affectés pour la vie.

 

Test génétique :

Un test ADN a été développé par des scientifiques de l'Université de Californie et de Pittsburgh. Il est disponible commercialement.

Date de dernière mise à jour : 31/03/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site